Rochejean – La Grobet

Rochejean (25) – 21 août 2020 * 15,5 km – Dénivelé positif : 280 m* Météo : 24° – Soleil /

. Randonnées du mois d’août : Nbre : 14 / 158,5 km / Dénivelé positif : 6 300 m
. Total année : Nbre : 43 / 683 km / Dénivelé positif : 21 330 m



Le soleil est encore là, ce matin. Il a fait assez chaud cette nuit car mon tee-shirt trempé qui est resté dehors est presque sec ce matin. La température est agréable et l’endroit est tranquille.

On profite du petit vent avant de partir pour une randonnée un peu plus longue que celle d’hier.

Départ vers 11h30 et il commence à faire bien chaud, au soleil.

  • Marche à l’ombre

Aux Granges Raguin, une petite dizaine de voitures sont garées sur le parking.

On prend le GR vers l’ouest, mais pas pour longtemps. Un sentier part sur la gauche pour traverser des prés puis un bois de sapins, bien à l’ombre. C’est nettement plus agréable par ici. Malheureusement, au bout de la combe, le sentier s’arrête et il faut redescendre dans les prés pour remonter ensuite pour rattraper une piste.

On va s’arrêter avant la piste pour manger un peu, à l’ombre des grands arbres. Il fait bon ici grâce au petit vent qui glisse dans la forêt.

On s’engage ensuite sur la piste. 1er embranchement, à gauche, et la piste fait place à un sentier qui serpente dans le bois, puis le long de prairies, la plupart du temps occupées par des vaches. Bella peut gambader comme elle veut, sauf quand nous approchons des troupeaux où je suis obligé de la tenir en laisse pour éviter qu’elle fasse courir les vaches… Pas sûr que les éleveurs apprécieraient…

Nous avançons longtemps à l’abri du soleil, sous les arbres, et avec le vent, la chaleur est bien supportable.

  • Sous le soleil de plomb

À partir de la ferme « Derrière les Crêts », on va être plus au soleil et ça sera plus dur. On passe la « Gentille Neuve », qui est habitée, contrairement à la plupart des bâtiments que l’on rencontre. La piste descend ensuite tout en bas d’un vallon, jusqu’à la frontière suisse, pour remonter par une autre combe qui grimpe bien fort. Il fait très chaud, et Bella avance en fonction de l’ombre qu’elle trouve au bord de cette piste caillouteuse. Heureusement, à la Grobet, un bel abreuvoir va lui permettre de se rafraîchir. Elle y reste un bon moment, se tournant et retournant dans l’eau tout en buvant.

Après la Grobet, ça sera plus facile car il y a plus d’ombre. Nous nous arrêterons d’ailleurs un moment pour profiter du petit vent, à l’ombre d’un bel arbre. Un peu plus loin, nous passons à proximité du Haut Soulier puis du Chalet Neuf.  Avant d’arriver au Chalet Brûlé, je repère un bel endroit qui pourrait être bien pour y passer la nuit. On verra bien en rentrant si ça vaut le coup de changer d’endroit.

Un petit morceau de route jusqu’à la Boivine où nous empruntons une piste. Un peu avant la ferme, Bella trouve le moyen de débusquer un troupeau de veaux. Les pauvres n’ont pas d’autre choix que de cavaler, pour le plus grand plaisir de Bella, que j’ai du mal à convaincre d’arrêter.

Aujourd’hui, nous avons parcouru 15,5 km pour un dénivelé de 250 m. Ce n’est pas énorme, mais avec cette chaleur c’est bien suffisant.

Finalement, on ne va pas changer d’endroit et nous resterons une nuit de plus pas très loin du chalet de chasse.

Marc Gapp

Pratique la spéléologie depuis l'âge de 14 ans. Passionné par la nature et l'aventure. Spécialiste du canyon de la Bendola descendu la première fois en 1989.