Tour de la Zorn blanche
Steinerne Maennel

Tour de la Zorn blanche

Dabo (57) – 19 janvier 2020 * 21 km – Dénivelé positif : 550 m * Météo : 1° / ciel couvert et neige fine


parcours randonnée Tour de la Zorn blanche
profil randonnée Tour de la Zorn blanche

Montée dans la forêt jusqu’au Grand Rosskopf

Dimanche, 13 heures. Le départ de la randonnée est à Enteneck, à la confluence de la Zorn Blanche avec la Zorn Jaune, à 290m d’altitude. Le temps est couvert et quelques flocons, d’une fine neige, flottent çà et là, dans le ciel gris. La température ne dépasse pas 1° depuis ce matin et ça ne devrait pas changer pour le reste de la journée.

Première montée jusqu’au Jaegerhof, ancienne maison forestière aujourd’hui convertie en repaire de tueurs.

Les premiers pas sont toujours un peu lourds  après le repas, et la montée se fait « tranquillement » au milieu de la forêt, jusqu’à la clairière du Jaegerhof avec, en son centre, la bâtisse qui a accueilli F. Mitterand et  H. Kohl, en juillet 1983.

Au pays des légendes de Dabo

On passe à côté de l’abri construit par le Club Vosgien, en 2018, pour suivre la route forestière, puis le sentier qui passent sous Hochkopf, Salzleckkopf et Langhardtkopf (pour ceux qui ne seraient pas familiers de la région, kopf signifie tête … en allemand…), avant d’arriver à la Croix du Loup, à la cote 582m. Cette partie du parcours n’est pas très jolie car on a le sentiment de progresser dans une fabrique de bois… Tous les sapins sont plantés bien régulièrement et aucun sous-bois, ni taillis, ne viennent « gêner » la pousse des arbres. Optimisation et gestion durable de la forêt…

Après la Croix du Loup, un sentier, visiblement bien pratiqué, monte en direction du col de la Schleif. La forêt devient plus esthétique, et de nombreux myrtilliers bordent le chemin presque rectiligne.

Petit arrêt près d’un réservoir pour consulter un panneau d’information touristique, situé au lieu-dit Rutschfelsen, la « Pierre à glissade ». Cette pierre aurait une propriété plutôt insolite : glisser à pieds joints sur cette grande dalle favoriserait la fertilité… Etonnant, non?

On rejoint, à cet endroit, la route qui vient de Dabo pour aller vers le col de la Schleif.

Une aire de pique-nique a été aménagée au col. Très fréquenté en été, le col est aujourd’hui presque désert. Seules 3 voitures sont garées sur le parking.

A partir de là, il faut maintenant prendre la direction du col de la Wetzlach, mais en empruntant le sentier qui passe par le Grand Rosskopf. Encore une montée pas trop dure, qui amènera à 800m d’altitude, point culminant pour aujourd’hui.

Sur le Grand Rosskopf

Un petit détour par Backofenfelsen pour admirer la vue sur le rocher de Dabo et La Hoube en contrebas. Après avoir longé les falaises, le chemin reprend la direction du sommet. Le haut des arbres est maintenant couvert de givre qui ressort bien sur le gris foncé du ciel. Sur le replat du Grand Rosskopf, un panneau indique le Rocher du Rosskopf, accessible par un sentier serpentant entre les arbres jusqu’à la falaise qui offre un beau panorama sur le massif du Schneeberg, avec le Lottelfels culminant à 961m d’altitude, et aujourd’hui noyé dans les nuages.

Le chemin descend maintenant jusqu’au col de la  Wetzlach, en longeant Steinenerne Maennel et ses rochers de grès étranges.

Du col, un sentier balisé, lui aussi bien fréquenté, permet de se rendre à l’ancienne maison forestière du Spitzberg, aujourd’hui occupée par une association. Le sentier est plat, et c’est plutôt bien après les 500m de dénivelé pris pour monter au Grand Rosskopf et la descente bien glissante qui suivait.

Retour par le Spitzberg et la vallée de la Zorn Blanche

Après plusieurs kilomètres « reposants », une petite halte dans l’abri du Club Vosgien, situé un peu avant l’ancienne maison forestière, fera du bien. Arrêt très court, car on se refroidit vite, et en plus la nuit ne va pas tarder à pointer le bout du nez, surtout que le ciel est bien couvert.

Allez, c’est reparti. Il doit rester environ 9 km pour retrouver le point de départ, et le sentier qui descend le long de Breithardthal risque d’être délicat à descendre. D’autant plus qu’il commence à neiger… Bientôt, la frontale sera encore une fois de rigueur car la descente est très glissante et il vaut mieux voir où poser les pieds.

Le sentier débouche à Herrenmuhlen, sur l’ancienne route qui longe la Sarre Blanche. Plus de difficulté maintenant, juste à marcher tranquillement dans la nuit profonde, avec le bruit de l’eau comme compagnie, ainsi que le hululement sympathique d’une chouette de, temps à autre….



Marc Gapp

Pratique la spéléologie depuis l'âge de 14 ans. Passionné par la nature et l'aventure. Spécialiste du canyon de la Bendola descendu la première fois en 1989.