Montagny – Col de la Cochette

Arith(73) – 6 août 2020 * 10 km – Dénivelé positif : 600m* Météo : 27° – Soleil/

. Randonnées du mois d’août : Nbre : 2 / 21 km / Dénivelé positif : 1 250 m
. Total année : Nbre : 31 / 545,5 km / Dénivelé positif : 16 280 m



Nous allons aujourd’hui changer de secteur pour découvrir un peu les environs d’Arith.

Après quelques courses à Lescheraines, nous montons vers Arith, et plus exactement à Montagny. Nous nous arrêtons sur le parking situé au sud-ouest du hameau. Visiblement, cet endroit est un lieu de départ de plusieurs circuits de randonnée. Il y a pas mal de voitures garées et beaucoup de monde qui part où revient de rando.

  • Vers le col de la Cochette

Après avoir trouvé un endroit à l’ombre où garer le Kyros, nous partons plein sud dans le bois de Prépoulin. Le début du chemin est une véritable autoroute de randonnée bordée de chaque côté par des barrières de ficelle… La montée, assez pentue, est plutôt dure, tant par la pente que par la chaleur écrasante. Il faut dire que nous sommes partis vers 13h30, ce qui n’est pas vraiment le plus judicieux.

Mais ça aurait pu être pire car nous progressons quand même la majeure partie du temps sous les arbres.

Après le col de la Roche de Prépoulain, le sentier continue à monter et nous passons devant le châlet de la Plate avant de sortir de la forêt. Nous avançons maintenant en plein soleil mais un petit vent sympathique rend la chaleur plus supportable que dans le bois.

Petite pause au niveau de la Culaz, à 1400m d’altitude, avant de repartir en direction du col de la Cochette. Juste avant de rentrer à nouveau dans la forêt, les indications ne sont pas très claires et nous prenons un chemin très pentu qui nous fait arriver sur un replat herbeux. Je ne suis pas convaincu que nous ayons pris la bonne direction, et la consultation du GPS le confirme : ce n’est pas du tout par ici. On redescend donc et trouvons un panneau qui indique le bon passage pour le col.

Quelques centaines de mètres plus loin, nous arrivons au col de la Cochette qui ne présente pas d’intérêt particulier.

  • Retour mouvementé

Plusieurs chemins sont possibles pour continuer, et nous optons pour le plus direct et le moins pentu. Celui-ci nous oblige à traverser un pré occupé par des génisses qui ont visiblement très envie de jouer avec Bella, qui elle, préfère aboyer pour les faire courir… La suite du chemin emprunte un vallon descendant très escarpé et rocailleux. Par endroit, on pourrait se croire dans un fond de canyon sec.

Nous arrivons aux Granges de Montarset en cours de rénovation. On s’arrête un peu à l’ombre. L’après-midi touche à sa fin mais il fait encore bien chaud. Une fontaine est indiquée sur la carte et cela devrait intéresser Bella qui doit avoir soif. Peut-être pourra-t-elle-même se baigner un peu.

Mais la fontaine est quasiment à sec et impossible d’envisager un bain. En traînant à côté du point d’eau, elle dérange des guêpes qui doivent avoir élu domicile à proximité. Plusieurs tournent autour d’elle et elle finit par se faire piquer au moins une fois, ce qui ne plus plaît pas du tout. Elle veut se défendre, mais le mieux est de partir au plus vite de cet endroit…

Nous rejoignons, peu après une piste poussiéreuse qui va nous ramener au camping-car.

Le parking est maintenant quasiment désert, et nous resterons ici pour y passer la nuit, avant de remonter le lendemain vers Sarrebourg (45.7138N 6.0663E).

Marc Gapp

Pratique la spéléologie depuis l'âge de 14 ans. Passionné par la nature et l'aventure. Spécialiste du canyon de la Bendola descendu la première fois en 1989.