Etoile 1- Col d’Asson
Le rocher des Hauts Champs

Etoile 1- Col d’Asson

Grandfontaine (67) – 21 juin 2020 * 14,5 km – Dénivelé positif : 440 m* Météo : 22° – Soleil et quelques nuages /

. Randonnées du mois de juin : Nbre : 3 / 54,5 km / Dénivelé positif : 1 340 m
. Total année : Nbre : 27 / 492,5 km / Dénivelé positif : 12 930 m



  • Un passage à La Corbeille

La randonnée de ce dimanche 21 juin 2020 débutera au sud du col du Donon, sur la petite route qui descend au village de Moussey, dans les Vosges, en passant par le col de Prayé.

Nous nous arrêterons au carrefour de l’Etoile 1, à côté de la station météo, au début de la route forestière de la croix Brignon.

Départ à 11h30, après une heure de route, par un temps ensoleillé. Il ne fait pas très chaud, mais l’air est saturé d’humidité, et avec le soleil, ça risque d’être un peu difficile de marcher cet après-midi.

Nous commençons à monter la route forestière de la croix Brignon, et au croisement suivant, nous prendrons la branche de gauche, pour la quitter 300m plus loin et grimper un sentier bien pentu jusqu’au sommet de La Corbeille qui culmine à 899m d’altitude.

La montée est assez raide, mais heureusement pas très longue. On prend quand même 150m de dénivelé sur une assez courte distance.

La Corbeille est un « beau » plateau recouvert d’arbustes et de quelques petits arbres isolés. La forêt entoure le plateau dont le sol est constitué d’un nombre considérable de trous et de tranchées sinueuses. Il vaut mieux rester sur le chemin qui fait le tour plutôt que d’essayer de traverser ce gruyère dans lequel il est difficile de progresser.

Le site de La Corbeille comporte, en effet, des vestiges d’anciennes fortifications allemandes datant de la première guerre mondiale. Sur la bordure ouest, notamment, on peut visiter les anciens blockhaus plutôt bien conservés, ainsi qu’un tunnel étroit d’une centaine de mètres de longueur reliant des chambres d’observation entre elles (lampe obligatoire).

Bella, elle, n’a pas de problème avec les trous et les tranchées. Elle cavale partout, mais n’entre quand même pas dans les tunnels ni dans les bunkers.

  • Descente délicate à la croix Brignon

Il faut maintenant retrouver la direction de la croix Brignon. Depuis La Corbeille, aucun sentier balisé n’y conduit directement. Le plus « simple » va donc être de couper à travers la forêt en suivant la limite de territoire indiquée sur la carte, qui suit le tracé d’un vallon. Il y a parfois un sentier ou au moins un passage dégagé qui matérialise le tracé.

En effet, des bornes sont posées pour indiquer la limite, mais, point de sentier… Il faut descendre « à vue »; c’est très escarpé et super glissant, pour arranger les choses. Les roches recouvertes d’herbe et de mousse obligent à avancer lentement et à chercher sans cesse le passage le moins pire. Encore une fois, pour Bella, aucun souci : elle descend à fond, en sautant, pour remonter ensuite… et redescendre…

Finalement, 4 pattes c’est pas mal.

Après cette longue et périlleuse descente, on rejoint, en bas, un sentier balisé qui arrive du refuge de Prayé et c’est nettement plus tranquille pour rejoindre, un peu plus loin, le grand carrefour de la croix Brignon.

Une petite pause pour récupérer de cette descente éprouvante. La suite devrait être plus facile.

Direction, maintenant, le col d’Asson, en empruntant un beau sentier qui va longer le versant nord du vallon du ruisseau de la Maix. Une petite montée d’abord, pour rejoindre la croix Brignon et lire la petite histoire qui s’y rapporte.

Le chemin est ensuite quasiment plat et c’est un vrai plaisir de progresser à l’ombre des grands arbres. Il ne fait pas très chaud grâce au petit vent bien frais. On passe à proximité d’une petite fontaine qui, malheureusement pour Bella, est à sec. La pauvre est assoiffée car elle n’arrête pas de monter et descendre le vallon plutôt bien pentu. Au bout d’un moment elle se couche au frais pour récupérer. Il faudra attendre le col d’Asson où elle pourra boire et se rafraichir dans une mare bien boueuse qu’elle semble apprécier en tout cas (voir photo).

  • Pause déjeuner sur le rocher des Hauts Champs

Après le col, qui n’a rien d’exceptionnel, un étroit chemin escalade la crête et va nous permettre d’arriver au rocher des Hauts Champs où nous allons nous arrêter un petit moment pour reprendre des forces. Au menu, sandwich et yaourt, y compris pour Bella qui se régale bien en tout cas.

Le temps est toujours au beau fixe malgré quelques nuages. Il fait bon à l’ombre avec ce petit vent qui glisse sur le sommet du rocher. Pourtant, il va falloir repartir car, bizarrement, il se fait quand même tard et nous n’avons pourtant pas fait tant de kilomètres que cela… Il faut dire que la descente depuis La Corbeille a pris un peu de temps. Et puis, nous sommes partis assez tard. Mais quand même, ça n’avance pas trop aujourd’hui.

. Une autre descente pas évidente

La suite ne va pas être évidente car il n’existe plus de sentier après le rocher des Hauts Champs. Il faut continuer à suivre la crête, mais après, il va falloir trouver le moyen de descendre pour rejoindre une piste, indiquée sur la carte, qui repart en direction du col d’Asson.

Nous arrivons au bout de de la crête qui débouche sur une falaise… Impossible de passer par là. Il faut rebrousser chemin et trouver un passage qui descend vers le nord. Plus facile à dire qu’à trouver, mais à force de chercher, d’essayer, de remonter pour redescendre, la piste est enfin trouvée. Il « suffira » de la suivre en remontant vers l’est.

Nous sommes bien descendus et il faudra maintenant tout remonter. La piste devient un sentier qui va passer sous le col d’Asson et déboucher, un peu plus loin, sur une route forestière que l’on va traverser pour escalader la suite du chemin, sur une dizaine de mètres de hauteur, avant de reprendre une progression moins verticale, mais qui monte quand même de manière soutenue.

Elle est bien longue cette montée et il fait plutôt chaud maintenant, même si on avance souvent à l’ombre dans la forêt. Enfin, on débouche sur une route forestière au niveau du col Pourrio.

  • Une fin de randonnée moins chaotique

En contrebas du col, des grumes posées sur le bord de la piste appellent tellement fort qu’un arrêt s’impose. Ça sera l’occasion de préparer une boisson chaude bien désaltérante.

Nous continuerons ensuite tranquillement sur la route forestière jusqu’au croisement de la croix Brignon. C’est bien moins agréable que le sentier précédent, mais plus reposant, il faut bien le reconnaître.

Après la croix Brignon, on a le choix : suivre la route forestière, ou emprunter le sentier balisé qui passe par le bas. Le sentier sera surement la meilleure option car il passe à l’ombre, dans la forêt et ne monte quasiment pas, contrairement à la piste exposée au soleil et qui grimpe régulièrement, pour redescendre ensuite jusqu’au fourgon.

Plus de 6 heures pour faire un peu moins de 15 km et 470 m de dénivelé… avec plusieurs arrêts, soit, mais quand même… c’était un peu laborieux…

La semaine prochaine, j’ai prévu d’aller à la Bendola. 1600 m de dénivelé, chargé comme un mulet. Une journée de montée et 4 au fond du canyon pour la descente. Ça promet…

Marc Gapp

Pratique la spéléologie depuis l'âge de 14 ans. Passionné par la nature et l'aventure. Spécialiste du canyon de la Bendola descendu la première fois en 1989.