Col du Festre – Les Jassillous

Dévoluy (05) – 15 août 2020 * 9 km – Dénivelé positif : 300 m* Météo : 26° – Soleil /

. Randonnées du mois d’août : Nbre : 9 / 89,5 km / Dénivelé positif : 4 270 m
. Total année : Nbre : 38 / 614 km / Dénivelé positif : 19 300 m

Ciel bleu après une nuit bien fraîche. Il faisait 9° à 7 heures du matin…

Qu’allons-nous faire aujourd’hui ? Il risque d’y a voir beaucoup de monde un peu partout, et demain aussi car c’est dimanche. Partir d’ici et remonter dans le Doubs ? Ça me tente bien, mais je ne suis pas allé voir l’entrée du Chourum des Aiguilles. Bien sûr, ça n’a pas vraiment d’importance car je n’y descendrai pas, mais j’ai quand même envie d’aller voir l’entrée. D’autant plus que les contretemps qui m’ont empêché de monter m’incitent à persévérer. C’est vrai, je suis un peu têtu… En partant de bonne heure, demain et en évitant le GR, ça devrait aller… Pourquoi pas.

Pour le moment, je vais monter à SuperDévoluy pour faire le plein d’eau car il y a une station pour camping-cars.

En effet, en prenant à droite au rond-point à l’entrée du « village », un parking pour camping-cars est indiqué. Il y a bien une borne qui permet de vidanger et prendre de l’eau. Pour 2 pièces de 1 €, je peux faire le plein et faire la vidange. Pratique !

Après cela, direction le col du Festre et même un peu après, au hameau des Garcins. Une petite route y est indiquée sur la carte. Elle permettrait d’arriver sur un sentier qui évite le GR. Malheureusement, un panneau indiquant que la circulation y est interdite me dissuade de l’emprunter. Pas de chance…

Je fais demi-tour pour prendre la piste sur laquelle j’avais commencé à m’engager le premier jour où je suis venu sur le Dévoluy. Elle débute à l’entrée du hameau du col du Festre, juste en face de la grande statue de la Vierge. Je vais plus loin que la dernière fois, et la route se dirige vers la forêt, après avoir traversé les champs.

  • Nouveau parking pour la nuit

Après un peu plus d’un kilomètre, je passe près d’un endroit bien plat et abrité du soleil par un arbre. Ce petit coin me plait bien et j’ai l’intention de rester là cette nuit. Je pourrai partir d’ici pour monter au Chourum des Aiguilles. Ça fait un peu plus loin, mais ce n’est pas grave.

Le coin est plutôt bien, mais nous sommes le 15 août et pas mal de monde passe sur cette piste qui va jusqu’à la Joue du Loup. Vélos, voitures, promeneurs… Si on reste ici, il vaut mieux partir tôt le matin et rentrer tard le soir sinon ça risque d’être insupportable… Comme c’est ce que j’ai l’intention de faire demain, ça ne pose pas de problème.

Après un repas plutôt léger, nous partons marcher un peu. Il est déjà 15 heures et on ne va pas aller trop loin. Surtout que le soleil cogne bien, même si nous sommes à plus de 1400m d’altitude. Un petit vent rafraîchissant souffle sur le plateau et casse l’impression de chaleur, surtout lorsqu’on s’arrête à l’ombre.  Mais justement, l’ombre est plutôt rare, car même si nous avançons dans la forêt, la piste est trop large pour que les arbres fassent de l’ombre à cette heure. Mais comme on ne devrait pas faire beaucoup de dénivelé, ça devrait aller.

Bella n’a pas l’air d’avoir envie de se promener aujourd’hui. Elle était bien, couchée à l’ombre du Kyros, avec ce petit vent sympathique…

Elle a daigné m’accompagner, malgré tout, mais elle n’est pas aussi vigoureuse que d’habitude. C’est tout juste si elle s’intéresse aux moutons qui sont en bordure du chemin, protégés quand même par une clôture. Dans le Dévoluy, les troupeaux de moutons semblent bien protégés du loup. Clôtures, patous, bergers qui restent dans la montagne avec les animaux. Ce n’est pas le cas partout…

  • Les Jassillous

Après une montée assez longue, nous arrivons sur une crête, à 1670 m d’altitude. Je pensais que le coin ne serait pas très fréquenté et… je me trompais complètement. Une piste carrossable arrive à cet endroit et il y a plein de monde et de bruit. Ça crie, ça boit, ça hurle… Super la montagne ! Il y a, en plus le passage d’un télésiège en activité. Beaucoup de monde utilise la remontée mécanique pour ensuite descendre en VTT sur un sentier bien marqué. Ils s’estiment d’ailleurs prioritaires et déboulent à fond sans prêter attention aux marcheurs, ni même au véhicules qui circulent sur la piste…

On va s’asseoir un peu à l’écart, le temps de consulter la carte afin de voir où nous pourrions aller pour être plus tranquilles.

Bella est assise à côté de moi. Par moments elle grogne et aboie. Je me rends compte qu’elle est intriguée par les télésièges qui passent à quelques mètres au-dessus du sol. Elle suit les sièges ainsi que leur ombre qui défile sur le sol et elle ne comprend pas. On va aller juste en-dessous, mais ça la déstabilise encore plus. Elle aboie après les occupants des sièges qui se demandent bien ce qu’il se passe.

Je n’ai pas réussi à trouver un cheminement intéressant, donc nous allons redescendre et prendre une variante, histoire de ne pas refaire le même chemin.

À peine repartis, nous croisons un chien avec son maître. Un concert d’aboiements débute et je suis obligé de tirer Bella pour nous éloigner au plus vite.

Décidément, ça fait beaucoup d’émotions pour elle, et 2 promeneurs en font les frais. Elle crie après eux, les pauvres, qui se demandent bien ce qu’ils ont pu faire de mal… Après ça va mieux. Elle a réussi à se calmer…

Nous sommes de retour au Kyros vers 18h30, et Bella reprend sa sieste en attendant le repas du soir.

La journée a été belle et, finalement, la chaleur n’a pas été si terrible que cela, grâce au vent très présent au niveau du col du Festre.


Marc Gapp

Pratique la spéléologie depuis l'âge de 14 ans. Passionné par la nature et l'aventure. Spécialiste du canyon de la Bendola descendu la première fois en 1989.