Retour au fond du canyon

dimanche 28 juin – jeudi 2 juillet

Une fois de plus, j’ai prévu de retourner au fond du canyon de la Bendola. Seul, pas seul ? Je ne sais pas encore. D’un côté, j’aimerais partager cette aventure, mais de l’autre c’est une expérience tellement forte et unique de se retrouver seul au monde, car c’est vraiment ce que l’on ressent en vivant ces quelques jours , loin de tout. Rien d’autre n’existe que ce cours d’eau encaissé et sauvage tout au fond de la montagne. Seul ou pas seul. Ce sont deux approches, deux expériences complètement différentes.

Finalement, je partirai seul, une nouvelle fois. Les personnes que j’ai contactées n’étant pas disponibles à cette période.

Je partirai donc le vendredi 26 juin. Une première journée de route jusqu’au pied du col de Larche, côté français ou italien, selon l’heure et l’état de fatigue. Encore quelques heures de route, en Italie, le lendemain pour rejoindre Saorge, en fin de matinée. L’après-midi de cette deuxième journée sera consacrée à préparer le sac et monter, en fin d’après-midi, jusqu’au gîte, chez Virginie, où j’essaierai de dormir quelques heures.
Mais, voilà, ce que l’on prévoit ne marche pas toujours. J’ai contacté Virginie pour savoir si je pouvais passer la nuit au gîte et elle m’a répondu qu’elle avait vendu la maison… Donc, changement de programme. Je monterai donc jusqu’à la fontaine de La Pinée pour y bivouaquer, comme en 2018. Ce n’était pas terrible car tout était trempé à cause de la proximité de la fontaine. Il faudra que j’essaie de m’éloigner un peu de l’eau, si c’est possible. L’avantage, c’est que, le lendemain,  j’aurai déjà passé cette montée que je déteste, jusqu’à La Pinée. Voyons le côté positif.

En principe, dimanche, juste au lever du jour, à l’heure où le coq de Saorge annonce l’arrivée de l’aube, commencera la longue et dure montée jusqu’au départ du canyon… Cette ascension se fera donc en partant de La Pinée, pour monter à la bergerie d’Anan, la baisse d’Anan, la Baisse de Lugo, celle de Chiay et de Pourtiguère. C’est en fait la même chose que l’année dernière, sauf que le découpage est un peu différent : Parking => La Pinée cette année, au lieu de Parking => Bergerie d’Anan l’année dernière. Le premier bivouac sera installé, comme l’année passée, après le 1er rappel, au bord du ruisseau de Marta.

La descente débutera donc le lundi 29 juin, et le second bivouac devrait être installé au niveau du petit affluent qui arrive en rive gauche, un peu avant la cascade de 45m.

Le deuxième jour de descente nous amènera à la résurgence du cours d’eau, après avoir passé la zone encaissée de la cascade de 45 mètres. Le bivouac sera installé sur un promontoire surplombant 110 mètres de verticales, jusqu’en bas de la cascade de 40 mètres qui se jette dans une belle vasque verte bien profonde.

Pour le troisième jour de descente, nous enchaînerons la descente des nombreux rappels et la traversée de grands biefs étroits et profonds, pour arriver à la vasque en cœur, qui marque la fin de la partie verticale du canyon. Le dernier bivouac sera monté à 1 heure ou 2 de cet endroit caractéristique, selon l’heure et l’état…

La dernière journée, longue et difficile, nous fera progresser dans le cours d’eau : marche dans la rivière, traversée de vasques profondes, et de longs biefs sauvages et fantastiques.

Nous arriverons enfin au pont du Castou, sortie obligatoire de cette descente de canyon. Exténué, c’est certain, content d’avoir réussi, probablement, mais aussi triste de quitter un environnement exceptionnel, authentique  et unique….

Le compte rendu de la descente viendra un peu plus tard, si je sors du canyon, bien entendu…